Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 08:00

 

 

L'homme qui voulait être heureux

 

    

   

J'avais entendu, dans une émission littéraire, s'exprimer Laurent Gounelle.

 

Déjà, sa façon d'expliquer les choses, sa gestuelle (et tout le reste), me laissent entrevoir tout son potentiel.

 

J'ai patiemment attendu que son livre sorte en collection de poche (j'avais déjà de quoi faire (lire) pour patienter).

 

Je redoutais néanmoins qu'il ressemble à ceux de Paolo Coehlo.

 

C'est un peu ça, et pas tout à fait.

 

Le résumé :

 

Imaginez…

Vous êtes en vacances à Bali et peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…

Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n'êtes pas… heureux.

Porteur d'une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L'éclairage très particulier qu'il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l'aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vous bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d'une existence à la hauteur de vos rêves.

 

 

 

 

Que l'on soit d'accord, c'est un roman, sur le développement personnel.

De là à bouleverser ma vie, je crois pas.

J'ai juste retenu quelques trucs, en particulier sur les croyances profondes.

Enfin celles que l'on a intériorisé enfant, et pour lesquelles on a du mal à se détacher.

Et qui finalement, conditionnent nos vies d'adultes.

 

Comme celle par exemple de croire que l'on est pas aimé, parce que petit, on ne l'a pas assez entendu, et que l'on continue de penser, une fois adulte (et de faire aussi en sorte) que l'on ne mérite pas d'être aimé.

Ou celle qui consiste à croire que l'on ne vaut rien (ou pas grand chose), parce que petit, on a pas jugé bon de vous mettre en valeur.

 

En ce qui me concerne, c'est pile dans le mille.

 

C'est pour ça que j'ai bien aimé ce livre, il conforte ce que je supposais déjà.

 

Et pis Laurent Gounelle a une bonne bouille, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives

Catégories