Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 08:00

 

 

 

La semaine dernière, après avoir passé plusieurs jours la tête dans un étau, je suis allée voir le médecin.

 

Atteinte d'une rhino-pharyngite, je m'étais soignée avec ce que j'avais sous la main, parce que je sais que le médecin n'allait pas me prescrire des trucs improbables.

 

Pour autant, même si en allant le voir, la maladie commençait à me lâcher la grappe, j'ai maintenu le rendez vous.

 

J'ai été confortée dans mon idée à savoir que le médecin m'a confirmé qu'il ne m'aurait rien prescrit d'autre que ce que j'avais pris : du paracétamol et de l'ibuprofène à outrance, du pschitt pour le nez, et du sirop pour la toux.

 

Il a voulu prendre ma tension.

 

Et là, stupeurs et tremblements.

 

Un petit 10, tout faiblard (une chute).

 

 

Je sentais bien que j'étais fatiguée.

 

Plus de jus, plus de substance, plus d'essence dans le moteur.

 

Une petite vieille qui se traine, que tout fatigue, même d'aller se coucher.

 

Le médecin a voulu m'arrêter; et j'ai refusé.

 

Je sais, cela parait déraisonnable; mais j'aime pas être en arrêt maladie (à moins que je sois vraiment dans l'incapacité d'aller au bureau) (ou que je veuille planquer une floraison de boutons de fièvre sur ma bouche)(c'était pas beau à voir mais j'ai resisté).

 

Je n'aime pas rester chez moi à végéter pendant plusieurs jours; je n'aime pas cogiter sur le fait que des tonnes de dossiers vont s'empiler sur mon bureau, et bonjour la galère au retour.

 

Et au final, j'aime mon boulot.

 

Cela peut paraître un peu concon, mais j'aime aller travailler (je nourris ainsi mes besoins de réalisation et de reconnaissance).

 

Du coup, j'essaie de pratiquer des bonnes résolutions, à savoir me coucher plus tôt pour avoir des nuits dignes de ce nom.

 

Et je pense au printemps qui va venir (tous les jours on s'en rapproche), et ça c'est une super technique pour se donner du courage et le sourire.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Véro 05/03/2013 22:17

Martine : oh merci pour ton petit mot qui vient de la Réunion, ça fait chaud au coeur!!
Je vais regarder ce que tu m'indiques, à savoir la spiruline...j'aime bien me soigner avec les ressources de la terre...;-)
Je pense que ça va aller, avec un peu de discipline (me coucher pas trop tard, et prendre soin de moi...)

Merci encore les copines, vous êtes des petits choux.

Des bises bisontines.

Martine Réunion 05/03/2013 20:00

Aïe, aïe, aïe......Les maux du corps sont de bons révélateurs....Même si on adore son job, à trop tirer sur la corde, quelquefois elle se casse plus ou moins fort....Je l'ai vécu !!!! Et l'hiver
qui a été vraiment long et rude n'arrange pas les choses. Le printemps arrive et fera du bien aux cœurs et aux corps !
Tu peux si tu veux, te documenter sur la spiruline. J'en consomme en cure (sous forme déshydratée, plus pratique que la fraîche). Tu trouveras tous les renseignements sur le net bien sûr. Cette
algue est vraiment pleine de propriétés. Il faut simplement, comme pour tout d'ailleurs, être sûr de son origine et des circuits de vente.
Remets toi bien.....
A bientôt......

Vero 04/03/2013 22:50

Coucou Flo! Tu as raison, il faut que je me méfie; je redoute le moment ou mon corps dira STOP.
Faut dire que cela fait un bail que je tire sur la corde...ceci dit, j'ai la chance d'aimer mon job et ce n'est pas une corvée d'y aller.
Je prends des trucs pour booster un peu tout ça : magnésium, BION Seniors et je viens d'acheter un sirop homéopathique (tonique végétal): avec ça, je devrais retrouver la forme!
Et comme j'ai pris la résolution de me coucher plus tôt que d'habitude, j'y vais de ce pas!
Merci Flo pour ta bienveillance, c'est chouette!
Des bises toniques et vivifiantes.

florence 04/03/2013 21:44

10 de tension, ce n'est vraiment pas beaucoup. Fais attention à ce que ton corps ne te dise un jour : "STOP, je veux me reposer et ne plus travailler.". mais je te comprends lorsque l'on a un
travail que l'on aime (comme moi), il est difficile de se dire "je reste chez moi". On se sent indispenable et pour ne pas y aller il faudrait des congères devant la maison pour ne pas en sortir ou
les 2 jambes ou bras cassés et encore !!!. Remonte vite la pente !! Des bises d'encouragement ma véro.

Présentation

Recherche

Archives

Catégories