Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 08:00

 

 

 

Pour Noël, j'ai reçu comme cadeau un livre, qui se présentait bien quand j'ai lu la couverture.

 

Claire, fille de paysans du Cantal, est née dans un monde qui disparaît. Son père le dit et le répète depuis son enfance : ils sont les derniers.
Très tôt, elle comprend que le salut viendra des études et des livres. Elle s'engage donc dans ce travail avec énergie et acharnement. Elle doit être la meilleure. Grâce à la bourse obtenue, elle monte à  Paris, étudie en Sorbonne et découvre un univers inconnu.
Elle n'oubliera rien du pays premier, et apprendra la ville où elle fera sa vie.
Les Pays raconte ces années de passage.

 

 

En effet, il était question d'une jeune fille qui avait quitté sa campagne pour rejoindre la capitale, afin d'y faire ses études.

 

Cela ne pouvait que résonner en moi, étant née et ayant grandi en race campagne, pour rejoindre ensuite une grande ville afin d'y poursuivre mes études (et d'y rester) (un grand merci à mes parents, qui ainsi m'ont permis de dépasser certaines frontières).

 

J'ai donc attaqué ce livre pleine d'entrain.

 

Et au bout de quelques pages, cela a commencé à me peser.

 

Surtout au niveau du style : de grandes phases, pas de paragraphes, peu de temps de respiration.

 

Et de la description, sans beaucoup de dialogues (au bout d'un moment, ça me lasse cette absence d'échanges entre humains).

 

J'ai tenu bon jusqu'au bout, déjà parce que j'étais curieuse d'en connaitre la fin, et parce que j'espérais un peu plus de trépidation.

 

Ben nan, rien de rien.

 

J'ai refermé le livre en étant satisfaite de ma perséverance, mais un peu frustrée de constater qu'il ne m'avait pas émue et/ou transportée.

 

Marie Hélène Lafon:

Elle est pensionnaire, de la classe de sixième à la terminale, dans un établissement religieux de Saint-Flour.

Après des études à la Sorbonne et l'agrégation de grammaire obtenue en 1987, elle enseigne dans la banlieue parisienne et à Paris.

Elle rédige son premier texte, une nouvelle, à l'âge de 34 ans. Elle enseigne le français, le latin et le grec et la DP3 au collège St Exupéry.

 

 

Moralité : si vous voulez tenter l'expérience, allez-y, mais je vous aurai prévenu.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

belles femmes russes 13/09/2013 13:00

ça a l'air passionnant !

Véro 15/02/2013 14:07

Marie : oh ben ton commentaire arrive bien, j'étais tentée par ce livre, je vais (peut être) attendre la sortie en poche (ce n'est pas lui qui a été accusé de plagiat?).
Des bises sans neige bisontine (ouf, ça fait du bien).

Merci les filles pour vos petits mots, vous êtes chouettes.
Et j'attends des nouvelles de Sophie et de son bébé!!

Véro 15/02/2013 14:05

Flo: On est persévérantes toutes les deux!
Je viens d'attaquer "les souvenirs" de David Foenkinos..ça se présente bien! (je lui ai même envoyé un tweet pour lui dire que je l'aimais, la folle).
J'en reparle bientôt (du livre, pas de David, je pense qu'il ne cédera pas à mes avances).
Des bises affectueuses.

Véro 15/02/2013 14:04

Sophie : oh lala, quelle bonne nouvelle!!
Raconte!! Comment s'appelle cette petite merveille?
Je t'avoue que je m'étonnais de ton absence, mais maintenant je comprends.
Des bises à la maman et au bébé.

MariedesAlpes 15/02/2013 11:01

Bon ça ne donne pas très envie de le lire... D'ailleurs, ça fait longtemps que je n'ai rien lu qui m'emballe. La dernière fois, c'était "La vérité sur l'affaire Harry Québert" qui, sans être d'une
écriture inoubliable, avait l'avantage de proposer un certain suspens jusqu'à la fin (même si un peu tiré par les cheveux).
Des bises enneigées (20 cm de neige fraiche ce matin)

Présentation

Recherche

Archives

Catégories