Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 08:00
 
 
J'avais envie en cette fin de semaine, de vous faire revâsser.
 
Alors je me suis dit que ce petit morceau serait tout à fait approprié :
 
Cela passe souvent sur les ondes en ce moment, et c'est mignon.
Bon, cela ne sent pas le sable chaud, le rosé frais, la crème solaire; mais plutôt la douceur, le coton, la mélancolie et la poudre de riz.
Et j'aime bien.
Birdy a fêté ses 15 ans en mai dernier, et compose depuis ses 8 ans.
Joli talent, reste à savoir si elle confirmera.
Have a nice week end, my friends.
Repost 0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 08:00

 

 

J'avais lu ici ou là, de bonnes critiques de ce livre.

 

Alors quand l'occasion s'est présenté, je l'ai acheté.

 

Après tout, 12 prix et sélections littéraires, c'est vendeur.

 

 

Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens.

Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s'en rendre compte les dernières paroles d'une mère adorée.

Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales.

C'est là qu'Arnljótur aura aimé Anna, une amie d'un ami, un petit bout de nuit, et l'aura mise innocemment enceinte.

En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.

 

 

 

J'ai bien aimé ce livre, tout au long.

Sauf à la fin, parce que de fin il n'y en a point.

Vous savez, quand vous arrivez à la dernière page, et que vous tournez encore, pour savoir s'il n'en manque pas.

Du style vous allez jusqu'à la couverture.

C'est tellement frustrant (et j'ai horreur de la frustration).

 

Du coup, je suis quand même mi-figue mi-raisin; mais je voulais vous en parler parce que c'est un très bon livre, mais vous serez prévenu(e)....

 

 

Auður Ava Ólafsdóttir (née en 1958 à Reykjavik) est une écrivain contemporaine islandaise.

Active dans la promotion de l'art, elle est professeur d'histoire de l'art à l'Université d'Islande et Directrice du Musée de l'Université d'Islande. Elle a donné de nombreuses conférences et organisé plusieurs expositions à ce titre.

Rosa candida (traduit en français aux éditions Zulma), est son troisième roman après Upphækkuð jörð (Terre relevée) en 1998, et Rigning í nóvember (Pluie de novembre) en 2004, qui a été couronné par le Prix de Littérature de la Ville de Reykjavík.



Le Théâtre national islandais vient d'acquérir les droits de sa première pièce de théâtre, qui a été jouée dès l'automne 2011.

 

 

En plus, elle porte le bleu à merveille! (mention spéciale pour l'écharpe et les mitaines).

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 08:00

 

 

 

Pour ceusses et celles qui suivent, vous n'ignorez pas que les soldes  d'été ont commencé mercredi dernier.

 

Comme je fais partie de la catégorie des personnes en quête de bonnes affaires (achats inutiles mais oh combien plaisants), je me suis également dirigée vers les magasins que j'affectionne, pour réaliser quelques emplettes.

 

Certes, j'ai acheté quelques trucs (plutôt des hauts : tee-shirts et blouses).

 

En me regardant faire, ou plutôt en m'observant fureter ici ou là, j'ai remarqué que je me dirigeais toujours vers des articles BLEU.

 

J'avais presque envie de tout raccrocher sur les portants, tellement je me trouvais (un peu) pitoyable, et surtout en manque (cruel) de personnalité.

 

Finalement, je me suis dit que je n'allais pas acheter des vêtements VERT, JAUNE, ROSE ou autres couleurs "tendance" cet été, pour adopter une attitude de fashion victime.

 

Et pis si j'aime le bleu (j'ose supposer que je porte cette couleur plutôt bien), j'allais me faire plaisir.

 

Et pour me consoler un peu, je me suis dit que j'avais (quand même) fait preuve d'originalité.

 

Puisque j'ai acheté des vêtements BLEU MARINE, BLEU INDIGO, BLEU CIEL et TURQUOISE.

 

Cela fait toute la différence.

 

Et vous, vos bonnes affaires?

 

 

PS : j'ai du porter la poisse à la Squadra Azzura hier soir, avec mes folies en bleu (les larmes de Pirlo, je m'en remets pas).

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 08:00

 

 

 

Quand j'ai acheté ce livre, lors d'une foire aux livres, j'avais des envies de verdure, de moutons, de rouquins, de bières.

 

Et puis récemment j'ai attaqué sa lecture, et j'avoue que les 4 nouvelles m'ont bien plu.

 

Ecrites par des filles, cela reflète bien que les filles d'Irlande ont une sainte horreur qu'on leur marche sur les pieds!

 

Fraicheur, sourires et décalage sont au programme; un petit livre pour l'été!

 

 

 

 

 

 

 

PS : Forza Italia! (moi je dis ça, moi je dis rien).

PS2 : les pieds sont un peu courts par rapport aux chaussures (mais le vernis est joli).

 

Repost 0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 08:00
 
 
Allez zou, c'est mercredi, un petit air de musique pour bien démarrer la journée:
 
C'est tout doux, tout mignon.
Dans un autre registre, j'ai regardé This is it, hier sur M6 (pour la 3e fois), avec Mickaël Jackson.
 
Là aussi, il y avait de l'émotion dans l'intérieur de moi même (l'envers des décors, les répétitions, etc...)
Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 08:00

 

 

 

En ce moment, je suis pas mal en observation de ce qui se passe autour de moi.

 

Et pour ne rien vous cacher, je m'observe aussi moi même.

 

Et ce qui revient assez souvent, c'est que je constate qu'il existe souvent des attitudes que je qualifie de "se contenter de peu".

 

Pour autant, je sais très bien que l'on ne peut pas toujours faire le maximum, il faut de l'énergie, de la motivation, et de la reconnaissance.

 

Souvent, se contenter de peu est aussi salutaire, car il n'est pas toujours nécessaire de faire des moulinets avec les bras, il vaut mieux parfois faire profil bas, que de s'engager dans une lutte inutile.

 

Seulement, je reconnais que ce qui me flatte, me plait, me séduit, tient souvent à des attitudes courageuses, à essayer de donner le maximum de ce que l'on peut, pour ne pas regretter ensuite.

 

Le courage alors, est pour moi le moyen de capitaliser de la confiance en soi, de se dire que l'on a fait ce qui nous semblait juste, à condition bien sûr, que cela nous corresponde.

 

J'en veux pour preuve l'attitude de l'équipe de France de football samedi soir, qui a baissé les bras avant de s'engager.

 

Rien à voir avec la défaite, car on peut toujours perdre (ou en tout cas ne pas toujours gagner), mais au moins, la désinvolture dont ont fait preuve les joueurs, et leurs manques d'engagement, ne peut que les conduire à du désamour.

 

Et dans la vie, je crois que c'est pareil.

 

On ne peut pas faire illusion bien longtemps.

 

L'engagement, le courage, l'implication, même si cela ne mène pas au résultat escompté, sont des valeurs importantes à mes yeux, et j'aurai beaucoup plus d'indulgence face à quelqu'un qui n'a pas réussi, à condition qu'il ait au moins essayé.

 

Gianluigi Buffon

 

Cela me parle aussi, parce que je crois que je fais partie de cette catégorie de personnes.

 

Et qu'une de mes devises est de faire le mieux que je peux, et que même si je chute, je suis en paix avec moi même.

 

PS : le joueur sur la photo (au cas où vous ne l'auriez pas reconnu, c'est le gardien de l'équipe de foot italienne, Gianluigi Buffon) (beau gosse, grand talent, grosse combativité).

 

 

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 08:00
 
 
L'autre jour, je vois une pub à la télé, qui capte mon attention.
 
C'était la pub pour le dernier téléphone Samsung Galaxy S3 (depuis que j'ai un Iphone, je fais ma craneuse).
 
Au delà du bel objet, c'est la musique qui retient mon attention :
 
Et je me rappelle tout à coup que j'avais vraiment aimé cette musique dans un film : Polisse de Maïwen.
Avec un Joeystarr qui danse...trop la classe:
   
 
 
 
Joli mercredi, les ami(e)s.
Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 08:00

 

 

J'en ai jamais parlé, mais l'actualité s'y prête.

 

J'aime le foot, regarder les matchs à la télé (pas au point de suivre les résultats de la Ligue 1 au fil des semaines); mais pendant les grands rendez-vous, je savoure (champion's league, euro, coupe du monde).

 

Je ne vais pas vous expliquer le pourquoi du comment j'aime le foot, mais c'est culturel, familial (en gros, entre deux frères et un père férus, j'ai pris le parti durant mon enfance, de comprendre le jeu, et je m'y suis prise (au jeu) (vous suivez?)).

 

Aujourd'hui, je ne ferai pas l'apologie de tel ou tel joueur, cela fait un moment que leurs côtés sombres m'écoeurent (ou plutôt le comportement de certains).

 

Je voudrais juste vous dire que mon chouchou, c'est  Arsène Wenger.

Arsène Wenger est un joueur puis entraîneur de football français, né le 22 octobre 1949 à Strabsourg.

Il est entraîneur du club anglais d'Arsenal (Londres) depuis 1996.

Il est considéré comme l'un des plus grands entraîneurs de son époque, assumant régulièrement le choix de jeunes joueurs en devenir pour un jeu tourné vers l'offensive et le collectif.

 

Il commente les matchs sur TF1 aux côtés de Christian Jeanpierre (qui braille), et Lizarazu (qui se débrouille pas mal).

Il apporte, par petites touches, son analyse technique sur le jeu, et a une très bonne connaissance des joueurs.

Il adopte un certain flegme dans ses propos (certains diront britannique), et arrive à avoir une juste projection sur le match au fur et à mesure du déroulement de jeu.

 

C'est mon chouchou, il est par ailleurs discret et élégant, tout ce que j'aime.



 

 

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 08:00

 

Voilà, hier jeudi, il a fait beau à Besançon.

 

Autant le signaler, tellement c'est rare (voire rarissime).

 

Et vous savez quoi?

 

Je suis MALADE.

 

Hier matin, visite dans mon bureau d'un monsieur que je connais, et dont je me moque un peu parce qu'il porte un pull à col roulé.

Mais quand même, il fait beau aujourd'hui? lui dis-je ironiquement, au moment où je lui fais la bise du bonjour.

Oh ben, c'est parce que j'ai la crève.

Enervée qu'il ne m'ait prévenu plus tôt, je lui retorque qu'il n'a pas intérêt à me refiler sa vacherie.

 

Et ce soir, en sortant d'une réunion à l'autre bout du département, je me suis sentie mal (jambes flageolantes, mal de gorge, etc...), bref l'ETAT FEBRILE (avec un petit malaise sur le parking avant le départ).

 

Je suis rentrée comme j'ai pu, avalant les kilomètres sur l'autoroute, avec des courbatures, des frissons, et une envie de MEURTRE (j'ai même enfilé le gilet, le foulard, et mis le chauffage, parce que je claquais des dents).

 

J'avais envie une fois chez moi, d'envoyer un SMS d'insulte à l'abruti du matin (voir un tweet, c'est tellement tendaaaaaaance!) (quand j'ai la crève, je n'embrasse personne, moi...je me tiens à distance).

 

Finalement, j'ai pris la dose de paracétamol, ait un peu regardé la télé sous une couverture polaire, et suis allée me coucher.

 

J'ai encore une journée de samedi, où il va falloir que j'assure physiquement en me levant à 6h du matin, et conduire pendant 6h dans la journée).

 

J'espère que ça va aller.

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:00

 

 

Parce que là, voyez-vous, j'en peux plus.

 

J'ai froid aux pieds, et bien que j'aime beaucoup les gilets et les foulards, j'ai vraiement envie de les remiser au placard.

 

Si quelqu'un peut me dire quand ça va s'arranger, je voudrais bien le savoir.

 

Ou pas (si c'est à la St Glinglin, je crains de ne pas trouver ça drôle).

 

Où alors, il me faudrait encore une bonne blague comme hier (Valérie Trierweiler qui soutient le candidat PS dissident, dans le cadre des législatives de la Rochelle) (j'avoue j'ai bien ri).

 

Et franchement, François Hollande a vraiment fait dans le détail pour être "normal", la preuve : il a une femme qui le fait chier.

Repost 0

Présentation

Recherche

Archives

Catégories