Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:00

Je me suis dit l'autre jour (eh oui, quelques fois, je me dis des choses à moi même, je suis très spirituelle comme fille), que ma rubrique "cuisine" n'était pas très étoffée (contrairement à moi), et que le seul billet qui la compose devait se sentir bien seul.


J'ai donc dû faire face aux cris de désespoir de ce billet.



Pour lui proposer un copain.


Voici donc une recette, toute simple, toute mignonne, qui épate bien sa galerie (la cuisine, c'est aussi fait pour ça), que j'ai testé, et même retesté.


Pour 4 personnes:

  • 2 magrets de canards
  • 2 poignées de cerises griottes (congelées ou pas)
  • 1 c à soupe de vinaigre balsamique
  • 2 c à soupe de sauce de soja
  • 1 c à soupe de miel liquide
  • 1 pincée de cannelle
  • sel, poivre
  • 4 rectangles de papier alu (20x30cm)

Préchauffez le four à 210°C.

Pratiquez une incision en forme de croix sur le dessus de chaque magret.
Mettez les magrets dans une poële et laissez fondre la graisse pendant 3 à 4 minutes à feu doux. Jetez la graisse et essuyez les magrets avec du papier absorbant.

Emincez-les en tranches de 1 cm d'épaisseur.

Dans un bol, mélangez le vinaigre balsamique, la sauce de soja, le miel et la cannelle. Faites tremper les morceaux de magrets dans ce mélange pendant 5 à 10 minutes.

Répartissez les morceaux de magrets et les griottes dans les papillotes, versez la sauce, salez et poivrez.

Fermez les papillotes avec soin de façon hermétique.

Enfournez et laissez cuire 6 minutes seulement à four très chaud.


Et ça, c'est toujours Charlie Winston (pour vous faire patienter, en attendant la sortie de son album, le 26 janvier 2009).
L'extrait : "My life as a duck", complètement assorti à mon billet.


Moi je vous le dis, on est fait pour s'entendre.

S'il veut m'épouser, je dis oui.

Barack O. et Marcel R. sont déjà pris, et je ne suis pas une briseuse de ménages.



Repost 0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 08:00


Un merci à Stéphanie, fidèle lectrice, et fournisseuse de cette bonne blague!


Dans le cadre des mesures visant à généraliser le travail jusqu'à 70 ans, il est maintenant possible de se procurer des déambulateurs auprès de vos secrétariats, au titre des fournitures de bureau   .
Ces dispositifs devront permettre une meilleure prise en charge et une amélioration de la productivité des salariés seniors au travail.
Un bilan annuel sera établi avec les partenaires sociaux afin d'évaluer les matériels déjà homologués par le Sénat, l'Académie Française, le MEDEF, le Ministère du Travail et et par le Ministère de la Fin de Vie ( ex ministère de la Santé)


Premiers témoignages :

 
 
 
 M.  X. Gestion de production à Gennevilliers : "J'ai choisi un modèle avec un petit siège, c'est vraiment pratique lorsque je vais à la machine à café !..."

 
 


























 
Mme Y. Contrôle de gestion à Corbeil : "Je suis très satisfaite du déambulateur, j'ai pu choisir un modèle avec un petit panier, ce qui est très utile lorsque je vais  à la photocopieuse...."

 

















En option, ces modèles peuvent etre équipés d'un GPS (pour retrouver son bureau), d'un support de perfusion et d'un urinoir suivant prescription médicale.
Les options de confort (coloris, sellerie cuir, roues alu) ne sont pas prises en charge par la CPAM mais peuvent être prises en charge par votre entreprise selon votre convention collective. 

Et pour finir la franche poilade, je vous propose de poursuivre avec M. Rock & Roll, en hommage à nos deux témoins, qui ont gentiment accepté de nous parler...



PS : La chanteuse est Amy Mac Donald, son premier single est un tube, le deuxième, ci-dessus, va le devenir, c'est certain...
Mmmmmmm, m'énerve toutes ces jeunes chanteuses à succès!....:)
Repost 0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 08:00

Mais non, je ne vous parlerai pas de la déclaration officielle de la nouvelle prêtresse du PS (encore une qui a bien choisi sa date, pour passer inaperçue, c'est à se demander si ce n'est pas fait exprès).

Je vous ai déjà bassiné les oreilles avec mon attachement certain pour Mister Obama, et ce, depuis des mois déjà.

Il a été élu Président des Etats Unis, je doute que cela vous ait échappé.

Et demain, il prête serment, la main sur la bible (et l'autre sur son gilet pare-balles).

J'en suis déjà émue, et je pense que je verserai ma petite larme en regardant les infos.

Je me connais.

Je sais que des millions d'humains (voire plus) mettent beaucoup d'espoir dans cette élection, et j'espère que la ferveur qui a accompagné sa campagne et son élection, ne retombera pas comme un mauvais soufflé (dès l'ouverture de la porte du four, vous voyez le genre).

Cela va être une belle journée, pour moi (et surtout pour lui, c'est le plus important, nan?).



PS : j'ai ouï dire qu'il y aurait du beau monde ce jour là...
Un peu à l'image de Nicolas S. le soir de son élection à la Concorde, quelques célébrités pousseront la chansonnette pour l'occasion : Bono, Beyoncé, Stevie Wonder, Will I Am (chanteur des Black Eyes Peas), Rihanna, Bruce Springsteen, Amado & Mariam, Sting....

Bref, on comprend pourquoi Ségolène R. a choisi de franchir l'Atlantique plutôt que de rester à Paris pour écouter le plan de relance préconisé par le nouveau gourou du PS....

Et dire que Mireille Mathieu, Faudel et Enrico Macias n'étaient pas libres...
What a pity!

Repost 0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 08:00


Je vous avais déjà parlé d'une chanson de Beyoncé, issue de son dernier album, qui était arrivée à mes oreilles pendant que je conduisais, et qui m'avait beaucoup plu.


Beyoncé n'est à priori pas ma came.

Néanmoins, cette chanson m'avait séduite, et le clip qui l'illustre aussi.

Pour Noël, on m'a offert le CD en question.

Un peu sceptique je l'avoue, je le place dans ma chaine hi-fi.

Parce que je me disais que le single m'avait plu, mais le reste?

Eh ben, j'ai pas été déçue.

C'est un chouette moment, agrémenté de r'nb, de pop, et de mélodies plus douces.

Je l'ai réécouté, c'est un signe (entre autres, que je ne suis pas sectaire...).

J'en oublierais presque que cette fille est aussi une bombe (à croire que les bonnes fées se sont penchées sur son berceau à sa naissance).

Et hop, un autre extrait :





Repost 0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 08:00

J'ai fait une découverte intéressante il y a quelques temps.

Lors d'une émission de M6 (Belle toute nue, pour ne pas la citer), des femmes viennent chercher des conseils de relooking.

Bien sûr, elles ne se sentent pas bien dans leurs peaux, et s'estiment trop grosses...

Ce qui est étonnant, c'est qu'elles ne se situent pas correctement par rapport aux autres femmes, qui se prêtent au jeu, et qui sont exposées en sous-vêtements.

Elles se voient toujours deux ou trois rangs au dessus de leurs tailles véritables.

Comme quoi, le regard que l'on a sur soi même, n'est pas objectif.

Mais revenons à nos brebis.

Lors de ces séances, le conseilleur (dont j'ai oublié le nom, il ne sera pas fâché), a indiqué à plusieurs reprises, que les sous vêtements, c'est 1/4 du résultat (en terme d'allure vestimentaire), et qu'il faut choisir des modèles qui conviennent à sa morphologie et mettent en valeur sa silhouette (du style, avoir le sein "optimiste", pour ne pas le citer...)

Ainsi, il inciste sur la culotte gainante, qui "contient" les petits bourrelets disgracieux, et permet d'afficher une ligne gracieuse.

J'ai voulu essayer.

D'abord, je suis concernée par le sujet.

Ensuite, des astuces qui permettent de se sentir plus mince en quelques secondes, ça me convient tout à fait.

Alors, j'ai acheté, j'ai essayé, j'ai adopté.

Je n'ai pas pour autant remisé mes jolies culottes, strings et autres lingeries confortables ou plus affriolantes, que l'on se rassure.

J'ai juste trouvé dans cet attribut, un moyen de me sentir plus jolie, que j'adopte avec certaines tenues, quand cela est nécessaire (et en ce moment, ça l'est, je vous le confirme).

En plus, il existe des modèles sympas, qui font penser à la mode des années 50, on se sentirait vite dans la peau de Marylin.

C'est vous dire.



Repost 0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 08:00

Vous avez peut être remarqué la nouvelle campagne pour vous inciter à franchir la porte d'un centre de transfusion.

Je ne peux que vous encourager à le faire, car je le fais moi même.

Croyez moi, c'est indolore ça dure pas très longtemps, et c'est limite jouissif!

Ben oui, quand on sort, après avoir donné un peu de sa substance, on se sent bien, on a l'impression de se sentir utile, et on sait que cet acte finalement banal dans sa pratique, peut sauver des vies.




Après plusieurs années à donner mon sang, on m'a orienté depuis quelques années, à donner mon plasma.

Cela dure plus longtemps, le sang passe dans une machine (du style une centrifugeuse), et on vous le redonne, débarassé de sa partie liquide.

Ce type de don est destiné aux personnes en état de choc après un accident,  ou aux grands brûlés.

Voilà, en gros, le topo.

Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à me demander, ou bien connecter vous sur le site approprié : www.dondusang.net

Quand à moi, j'ai envie de franchir l'étape suivante : le don de moëlle osseuse.

Pour le don d'organes, tout est en règle, ma carte est dans mon portefeuille et ma famille est prévenue : le moment venu, que l'on prélève ce qui est bon (ou plutôt ce qui l'est encore).

Repost 0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:00

Oui, je sais,  je vous l'ai déjà fait, il y a quelques semaines, au sujet de Barak Obama.

Mais que voulez-vous, mon coeur est assez grand pour contenir plein d'amour.

Aujourd'hui, mon intérêt se porte sur Marcel Rufo.

Marcel Rufo est un pédopsychiatre français né à Toulon le 31 décembre 1944.

Le Professeur Marcel Rufo est chef du service médico-psychologique de la famille et de l'enfant au CHU Sainte-Marguerite de Marseille.
Il est reconnu, surtout par les médias, comme l'un des spécialistes de l'enfance et de l'adolescence, mais il reste très critiqué par d'autres.

Il a écrit de nombreux ouvrages et présentait jusqu'en juin 2008 une émission sur  Europe
1, le jeudi de 23 heures à minuit. Il a exercé dans différents hôpitaux : La Timone et Sainte-Marguerite à  Marseille, Cochin à Paris.

Depuis quelques semaines, il participe à une émission sur France 3, le dimanche, vers 17h.

Je connaissais Marcel Rufo pour l'avoir déjà vu sur des plateaux télé, et pour avoir lu certains de ses ouvrages.

Pendant les fêtes, France 3 a rediffusé en début d'après-midi, les émissions du dimanche de ces dernières semaines.

Je les ai regardées, et je suis de nouveau tombée en admiration devant cet homme.

Parce qu'il est humain, parce qu'il explique les choses avec beaucoup de clarté, et parce qu'il a une propension à regarder le verre à moitié plein, avant de se pencher sur le verre à moitié vide, concernant les sujets abordés.

Et aussi et surtout parce qu'il fait preuve d'une grande Humanité, d'une Empathie non feinte, et que l'on a envie de se confier à lui.

C'est pour cela que je l'aime, et que toutes les qualités que je viens de citer me réconcilient avec le genre humain.

Et que je souhaite aujourd'hui me (con)centrer sur ce genre de personnes, parce qu'il y en a, dans mon entourage.

C'est encourageant.


PS : si vous voulez lire certains de ses ouvrages, n'hésitez pas, même si vous n'avez pas d'enfant, c'est intéressant, instructif et très explicite.


Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 08:00


Lors d'une discussion au sujet de mon blog, mon interlocuteur (à qui j'impose l'anonymat), m'a donné son avis.

Au delà de considérations toutes personnelles, il m'a dit qu'il trouvait mon ton : péremptoire.

J'avais une vague idée de la définition de ce mot, mais j'ai voulu vérifier.

Péremptoire : catégorique, décisif, qui n'autorise aucune objection.

Synonymes : absolu, catégorique, coupant, décisif, dogmatique, tranchant.

Bon.

J'ai, certes l'intention, par mes billets, de vous délivrer mes opinions, mes états d'âme, mes coups de coeur et de gueule, et ce blog n'est pas un forum non plus.

Mais je ne pensais pas employer un tel ton.

Comme quoi.

Qu'en dites-vous, fidèles lecteurs et lectrices?


Repost 0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 08:00


J'ai pas pu attendre.

Je transgresse ma règle de trois billets par semaine : lundi, mercredi, vendredi.

Pour en ajouter un aujourd'hui (en même temps, cet espace de liberté des mardi et jeudi, c'est aussi fait pour ajouter mon petit grain de sel).

J'ai découvert ce clip dans la nuit, pendant une insomnie, à un moment où vous vous dirigez vers votre téléviseur, et redouter un reportage sur la chasse à la perdrix en Aquitaine...

Dans ces cas là, il reste M6, et quelques fois des bonnes surprises.

Voilà, il s'agit de Charlie Winston, écoutez moi ça, un petit bijou...

En plus, depuis lundi, ma vénérée émission du soir, le Grand Journal, sur Canal Plus, reprend cette chanson entre deux périodes d'émission (vous savez, quand les chroniqueurs dansent...un petit bonus quand J.Michel Apathie se trémousse!).

Alors, on ne peut pas se tromper.

Un vrai futur tube, je vous le dis.

PS : je sais qu'au bureau, c'est pas easy de mettre le son, mais please...faites le à la maison, sinon vous risquez de monter sur votre bureau pour danser.

Repost 0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 08:00

 

Bon, ne rigolez pas....être parfaitement bilingue ne figure pas sur ma liste des bonnes résolutions pour 2009.

Encore que.


J'ai choisi le titre de la fameuse série TV en anglais, parce que je trouve ça plus fun, et surtout cela permet à vos neurones de sautiller dans votre tête, après une période de fêtes pas très encline à cet exercice.

Pourquoi cette série?

Parce que je ne m'en lasse pas, je connais la trame de l'histoire quasi par coeur, et que j'ai toujours été fleur bleue.

En fait, l'histoire de cette famille, c'est mon dream à moi.

Et M6 qui repasse en boucle les épisodes, le midi, depuis une douzaine d'années, c'est vrai que ça aide.

Je me vois très bien en Caroline Ingalls, qui sait faire des gâteaux avec trois fois rien, qui est toujours de bonne humeur, qui lave son linge dans un seau avec l'eau de la rivière, qui confectionne
des vêtements pour toute la famille sans rêver de shopping chez Kiabi, bref, la femme parfaite.

Et puis son mari, le séduisant Charles Ingalls, bien qu'il ait quelques défauts (je les cherche encore, à part jouer du violon en playback), il est l'homme idéal : prend soin de sa famille, travaille dur, s'énerve quasiment jamais, ne doit pas ronfler la nuit (en tout cas, je n'ai jamais entendu sa douce épouse le lui reprocher), et ne sait pas à quel point il est craquant.

Bref, j'aurais aimé, je crois, vivre à cette époque, dans cette situation, dénuée de toute complexité technologique, et où l'on se contente d'une orange à Noël (et encore, les années fastes).

Et les petites filles, toutes très mignonnes et obéissantes, c'est pas la panacée, ça?

Bon, je vous l'accorde, je me suis habituée à un peu de confort matériel, la conduite d'une charette n'est pas mon sport favori, et je n'aurais pas supporté la famille Ollson (le père ça va, les deux sorcières, non).

Bon, allez, pour rigoler, écoutez moi ça, c'est de la balle.


Repost 0

Présentation

Recherche

Archives

Catégories