Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 08:00

Ouf, le mois de décembre se loge dans les souvenirs, on amorce une nouvelle année, et surtout, nous sommes sur la pente ascendante!

Je m'explique : depuis quelques jours, nous grapillons quelques minutes de soleil en plus, et rien que ça, c'est du vrai bonheur.


Certes, nous ne voyons pas encore bien la différence, malgré tout, rien que de le savoir, c'est bon pour le moral (merci la Compagnie Créole, sans elle, rien ne serait possible).

En plus, en janvier, c'est la tradition : tu achètes du linge de maison.

Des fois que tu aurais attendu toute l'année pour remplacer des taies d'oreiller défraichies ou des linges de toilette rapeux (et décolorés, si tu les laves normalement).

J'aime bien recevoir les catalogues de linges de maison (même avant Noël maintenant...ben oui, t'as pas encore digéré ta dernière part de bûche de Noël que tu dois penser à refaire ta garde-linges de maison).

Et puis aussi, l'arrivé du catalogue Eté de la Redoute, avant Noël aussi, dans ma boîte aux lettres, me fait penser que c'est le début de la pente ascendante, et que même s'il fait en dessous de zéro dehors, tu peux penser au prochain maillot de bain, ou à la prochaine paire de tongs de tes rêves.

Cela ne fera pas grimper le thermomètre, ni faire rester le soleil plus longtemps en fin d'après-midi, mais courage, tenons.

Ca vient bon.



Repost 0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 08:00






Ben oui, en ce 2 janvier, c'est encore le moment de souhaiter les voeux.

Je vous livre un texte, que j'ai lu récemment sur la blogosphère, que j'apprécie beaucoup, et qui résume au mieux ce que je vous souhaite:


"Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence, aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite surtout d’être vous. ”


Jacques Brel

Repost 0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 08:00


Je n'échapperai pas à la tradition, et pour ceux et celles à qui je ne l'ai pas dit de vive voix, par le biais de ce billet, je vous souhaite :

     Une Douce et Heureuse Année 2009!

Et comme il m'arrive d'être un peu centrée sur moi-même, j'en profite aussi pour me souhaiter une année sereine, gaie, avec de bonnes surprises...

Je voudrais aussi vous remercier pour vos visites (avec ou sans commentaires), votre intérêt (formulé ou pas) pour ce petit chez-moi, et vous assurer de toute ma gratitude...

Ce bébé a vu le jour fin septembre 2008, il a déjà 3 mois, commence à babiller, à sourire, mais ne fait pas encore ses nuits tout seul....

Sans parler de ses premiers pas...

Mais il m'est cher, m'accompagne au quotidien, et même s'il prend un peu de mon temps libre, je suis contente de l'avoir mis au monde...

Pour celles qui ont connu la joie de la maternité, elles me comprendront.

Pour les autres, je vous laisse à votre imagination.



Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:00


 Eh oui, les enfants, je me dois de vous livrer une information capitale.


 Comme tout en chacun, je fais partie des personnes qui traitent leurs petits maux à grands coups d'ibuprofène, de paracétamol, et autres complexes chimiques très utiles.

 

Or, depuis ma tendre enfance, j'ai eu une grand mère qui vouait un véritable culte pour les plantes, et plus particulièrement celles qui pouvaient soulager la douleur ou guérir une maladie.

Elle utilisait les feuilles de choux, pour les plaies, les entorses, et autres bobos localisés à des endroits ou l'application de ces feuilles vertes pouvaient se faire facilement (oubliez les otites ou les maux de dents).

Elle faisait sourire, mais elle avait souvent raison.

Faisant partie des personnes qui ont le moral en berne dès que l'hiver pointe le bout de son nez, et ne voulant pas entrer dans un processus de dépendance à des substances chimiques, j'ai eu recours depuis quelques années au millepertuis, sous forme de gélules.

C'est pratique, c'est facile, et je crois que ça marche.

Un petit coup d'arrêt ces dernières semaines m'a encouragé à consulter ma pharmacienne, qui m'a orienté vers une autre plante, le crocus, ou plutôt son safran, qui est conseillé pour gérer l'équilibre émotionnel, et par conséquent le moral.

Et là aussi, c'est pratique, facile, et je crois que ça marche.

C'est pas la danse du ventre pour autant tous les matins quand je me lève, mais cette période difficile de l'hiver pour moi, eh bien elle passe, tant bien que mal.

Et vous, avez-vous recours à cette médecine, dite douce?

PS : je sais que le cannabis est une plante, aussi...et qu'elle peut avoir certaines vertus (enfin, je dis ça, j'en sais rien pour autant !)


Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 08:00

Les voyages forment la jeunesse, c'est bien connu.

Les miens, où en tout cas les derniers, effectués en train, sont propices à la rêverie, ou plus précisément à une certaine nostalgie.

Je ne saurais l'expliquer, mais voyager en train entraîne toujours mon esprit vers une certaine mélancolie.

Ce n'est pas à proprement parler la destination du voyage qui engendre cette sentation, mais je ne sais pas trop pourquoi, j'ai toujours une sensation étrange en regardant les payages défiler sous mes yeux.

Alors bien sûr, je m'équipe un tant soit peu pour ce moment particulier.

Lecture, grignotage, et évidemment collections de CD.

J'en profite pour (ré)écouter des albums que j'ai un peu délaissés, et c'est là que la magie opére (ou pas).

J'ai surtout plaisir à écouter des albums "live", et je me plonge ainsi dans des ambiances de concerts, auxquels j'ai participé (ou pas).

J'adore les albums "live", quand on décèle l'ambiance d'un concert, et les petites imperfections, gommées lors d'enregistrements en studios.

Alors je vous livre un petit récapitulatif de concerts qui me viennent à l'esprit, pas forcément chronologiques d'ailleurs.

Alain Souchon          Fait            Chouette moment
Etienne Daho            Fait            Ennuyant
Noir Désir                 Fait            Bruyant
Lloyd Cold               Fait            Planant
Elton John                 Fait            Etouffant
J.Louis Aubert          Fait            Epoustouflant
Simple Minds           Fait            Désolant
Gérald de Palmas    Fait            Amusant
Sting                           Fait            Enthousiasmant
The Silencers             Fait            Décapant


Rolling Stones         Pas fait        J'en rêve
Elvis Presley            Pas fait       A faire au paradis
Les Beatles               Pas fait       Attends le retour de John Lennon
Charles Aznavour   Pas fait       Sans tarder, vu l'âge du capitaine
Mickael Jackson      Pas fait        Peu probable, malheureusement
Johnny Hallyday    Pas fait        Sans regrets
Coldplay                  Pas fait        A faire
Aretha Franklin       Pas fait        Le ferai après Elvis P.

Voilà, ma petite liste, j'en oublie peut être, et j'espère bien pouvoir allonger la première catégorie, pour autant que certains artistes daignent se déplacer dans ma contrée reculée, et que je garde encore assez longtemps un esprit "jeune", pour pouvoir les savourer.

Et là, ça fait partie de la deuxième catégorie:



 


Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:00







Je ne suis pas une denrée rare, et je ne cherche pas à être orginale.

En y réfléchissant bien, je n'ai pourtant pas de souvenirs "traumatisants" de ma petite enfance, liée à cette époque, qui pourrait expliquer cela.

Merci Dr Freud.

Ou peut être quand j'ai appris que le Père Noël n'existait pas.

C'est vrai que cela m'a fait un choc, et  la disparition d'une espèce de bonté magique, intersidérale, a bien contribué à entâcher cette fête.

Pour autant, la plupart des êtres humains s'en remettent, et apprécient Noël, mais pas moi.

Je crois que ma baisse d'intérêt pour cette fête a débuté à l'adolescence, au moment où l'enfance vous quitte peu à peu.

Et depuis, cela ne s'est pas arrangé.

L'achat des cadeaux pour mes proches me pèse, les décorations de Noël me sortent par les yeux; quand au marathon de la bouffe qui nous attend, cela m'écoeure d'avance.

C'est l'overdose caractérisée en tout genre.

Certains pensent que la solitude pèse encore plus à Noël, ce qui est vrai, car même entourés de proches, la magie de Noël n'a de valeur que si elle est partagée avec le coeur; et votre réalité, que vous arrivez à gérer tant bien que mal tout au long de l'année, vous saute en pleine figure à cet instant.

Et puis, l'affichage du bonheur qui dégouline à cet instant chez les autres, sous le déluge de paquets-cadeaux et de remerciements enamourés, ça vous plombe le moral en un rien de temps.

Au delà de Noël proprement dit, c'est la période de l'hiver qui m'indispose.

D'abord, c'est long.

Ensuite, c'est pas agréable, le froid et le manque de lumière, et ça ne met pas le sourire aux lèvres.

Je voudrais m'endormir, telle la marmotte, en novembre, et me réveiller au printemps (si le Père Noël pouvait exaucer mon voeu, je veux bien lui réserver ma gratitude).

Je vous confie une chanson de Noël, que j'ai écouté petite, à répétition, y compris pendant mes vacances, l'été, chez mon oncle et ma tante, où je la réclamais...(ma tante fermait les fenêtres, en plein été...afin d'éviter les colibets des voisins!)




Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 08:00

J'ai regardé la semaine dernière, sur Arte (oui, je sais, je suis capable d'être ouverte à la grande culture....) un film que j'adore, et qui s'appelle : Mission.

Ce film, réalisé par Roland Joffé (on peut s'appeler Roland et ne pas être français), est sorti le 1er octobre 1986 (j'ai de la mémoire, je sais).

Je ne l'ai pas vu au cinéma à l'époque, m'intéressant sans doute plus aux comédies romantiques, interprétés par des acteurs sexys (c'était de mon âge, on me pardonne).

Le film narre l’histoire d'un prêtre jésuite espagnol s’aventurant dans la jungle sud-américaine au XVIIIe siècle afin de convertir les Amérindiens. Il est bientôt accompagné d'un ancien chasseur d’esclaves cherchant la rédemption. Ils doivent résister à l'assaut de l'armée venue appliquer les accords de partage des terres entre Espagnols et Portugais pris en Europe. Ce film relate l’histoire des réductions, sortes de républiques jésuites où se réfugiaient des Amérindiens, aux confins du Paraguay, de l'Argentine et du Brésil Il fait également allusion à la Guerre des Guaranis de 1754-1756.

Les principaux acteurs du film : Jeremy Irons (frère jésuite), Robert de Niro (aventurier mercenaire), et en seconds rôles, Liam Neeson et Aidan Quinn.

Au delà de la fresque historique, de la qualité du jeu des acteurs, un élèment essentiel du film m'a procuré beaucoup d'émotion.

Il s'agit de la musique.
Ecrite par Ennio Morricone (qui ne fait pas que dans le western, qu'on se le dise...), son caractère lyrique peut paraître contradictoire au premier abord, mais elle vous transporte réellement.

Je vous en livre un petit extrait :


Découvrez Ennio Morricone!




"Car il en va ainsi, votre Sainteté...les esprits des morts vivent toujours dans les âmes des vivants..."
Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 08:00
Alors, les enfants (surtout pour ceux qui sont au fond de la classe), le mot du jour est : éphémère

Sens 1 : adjectif qui signifie : Qui dure peu de temps.

Sens 2 : nom masculin qui signifie : Insecte qui vit un ou deux jours.

Synonymes : court, fugace, fugitif, momentané, passager, précaire, temporaire, transitoire.

On connait tous des situations, des évènements éphémères.

Pour peu que cela soit agréable, on trouve que c'est trop court, que ça ne dure pas assez longtemps....

Mais si la situation est difficile, douloureuse ou simplement inconfortable (imaginez un caillou dans votre chaussure, pour faire light), on préfère qu'elle soit éphémère....

A supposer que l'insecte ainsi nommé ne soit pas conscient de sa situation (souhaitons lui), qu'en serait-il autrement, s' il savait que sa durée de vie ne se limite qu'à une ou deux journées?...

En même temps, me direz-vous, s'il n'est pas très heureux, si à peine né il fait déjà partie des vieillards, cela vaut peut être mieux pour lui.

Parce qu'un tel insecte, dans la nature, s'il devait se doter d'un déambulateur, ou simplement être victime de la maladie d'Alzheimer, il serait mal barré.

La nature fait parfois bien les choses, finalement.


Découvrez Peter Gabriel!



Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 08:00

LA PERFECTION

Il était une fois un homme parfait et une femme parfaite qui se rencontrèrent.

Après s'être fait la cour, ils se marièrent; leur union  était bien sûr parfaite.


Une nuit de réveillon de Noël, ce couple parfait
conduisait sa voiture parfaite le long d'une route déserte lorsqu'ils remarquèrent quelqu'un en détresse sur le bord de la route.


Étant parfaits, ils s'arrêtèrent pour donner leur aide.

La personne en détresse était le  Père Noël, avec sa hotte remplie de cadeaux.

Ne voulant pas que des milliers d'enfants soient déçus une veille de Noël, le couple parfait pris le Père Noël et ses jouets à bord de la voiture parfaite et l'accompagnèrent pour la distribution des cadeaux.


Malheureusement, à cause du mauvais temps, le couple parfait et le Père Noël eurent un accident. Seulement l'un d'entre eux survécu à cet accident.
Lequel ?  (Voir la solution ci-dessous.)

 

 

 

 

 

 


 
Continuez de descendre.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

La femme parfaite a survécu !!!!.

En fait, c'est la seule personne de cette histoire qui existe vraiment.


Tout le monde sait bien que le Père Noël et l'homme parfait n'existent  pas.


 
NB: Les femmes s'arrêtent de lire à partir d'ici, c'est la fin de la blague. Les hommes peuvent continuer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Continuez de descendre
 
(seulement les hommes , j'ai dit !!!!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donc, si le Père Noël n'existe pas, pas plus d'ailleurs que l'homme parfait, la femme devait forcément conduire... ce qui explique  l'accident.

 

 
Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 08:00

   J'inaugure aujourd'hui une nouvelle rubrique, qui s'appelera "Cuisine".

 

Rien d'original me direz-vous...mais quelques fois, il  n'y a pas de quoi être original, au risque de friser le ridicule.

 

Ne vous y méprenez pas non plus, je ne suis pas encore certifiée "parfait cordon bleu", mais je (re)découvre le plaisir de cuisiner, et de préparer de bons petits plats.

 

Mon coup de coeur du jour se dirige, vers un livre de recettes, baptisé "Moelleux et Coeurs coulants".

 

Rien que le titre met les papilles en joie (en tous cas les miennes).

 

On y trouve des recettes faciles, destinées à terminer un repas (ou simplement à préparer un goûter) sur une note sucrée, douce, et totalement régressive.

 

Parce que l'on y retrouve les plaisirs de l'enfance, les odeurs et les textures chères à cette époque.

 

Je suis par moment, totalement régressive, je le sais, et ça me va bien.

 

Et pour ceusses et celles qui me connaissent, le titre de ce livre me convient parfaitement, puisque moi aussi je suis moelleuse, avec un coeur qui dégouline...

 

Je n'ai pas encore testé une recette de cet ouvrage (j'ai tendance à empiler les livres de recettes, pour les réaliser un jour).

 

Mais promis, quand j'aurai franchi le cap, je vous en reparlerai (et accessoirement vous ferai saliver).


Moi, rien que Brian Ferry, j'en saliverais.... alors, les moelleux aux coeurs coulants, en écoutant Brian Ferry....je vous dis pas!

 


Découvrez Bryan Ferry!

 

 

Repost 0

Présentation

Recherche

Archives

Catégories