Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 08:00


Il y a comme ça, quelques séries télés que j'apprécie.

Parmi elles, il y a Urgences.

Et comme débute la dernière saison, je me dois de vous l'avouer.

Pourquoi?

J'ai regardé cette série depuis le début (oui, je sais, à l'époque où George Clooney faisait chavirer le coeur des midinettes), et cela m'a plu (George Clooney entre autres).

Je crois que j'ai en moi, une espèce de fascination pour le milieu médical, en particulier quand il s'agit de sauver des vies, dans l'urgence.

J'ai réussi un bac scientifique, sans doute pour cette raison.

Mais je n'ai pas poursuivi mes études dans cette voie, et quelques fois, j'y pense.

C'est mon coté empathique, compationnel, et l'envie d'être utile qui ressort au travers de cette série.

Dimanche dernier, j'ai été émue quand le Docteur Pratt est mort, comme je l'avais été quand c'était le Docteur Green.

Même si cela est de la fiction, la mort m'effraie tellement que j'ai de la peine, sur mon canapé, devant la télé.

Je ressens en fait le coté éphémère de la vie, qui tient à un fil.

J'ai redécouvert cette mélodie, pendant un épisode.

Depuis, je l'écoute souvent :


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Véro 08/07/2009 13:42

Gabrielle : eh bien moi non plus, j'ai pas les épaules (bien que je ressemble davantage à une nageuse est-allemande, qu'à une gymnaste roumaine)...;-)

Gabrielle 08/07/2009 12:33

Le personnel médical raconte bien souvent qu'il n'arrive jamais à se blinder totalement face à la souffrance du patient ou à la peine des familles.

Je n'aurais pas souhaité exercer un métier exposé en permanence à tout ça. j'ai pas les épaules.

Gabrielle 08/07/2009 12:29

... Je ne l'ai vu pas vu mais j'ai entendu sa petite fille s'exprimer, et c'est forcément poignant.

Vero 08/07/2009 09:37

Gabrielle : eh bien vois-tu, moi aussi, j'avais beaucoup de tendresse pour le Dr Green...:)
Aurais-je réussi dans une carrière médicale?
Peut être.

Néanmoins, je crois que j'aurais eu du mal de me "blinder" face à la souffrance, et surtout à la mort...
J'aurais certainement eu des difficultés à rentrer chez moi, et reprendre le cours normal de ma vie, après avoir cotoyé des êtres en souffrance, et accompagné des personnes (et/ou leurs familles) pour le fameux passage.

Des membres de ma famille proche ont frôlé la mort, et j'ai toujours été frappée d'un certain "détachement" bien compréhensif, de la part du corps médical, qui manquait d'empathie, à mon sens, sur l'instant.

Avec un peu de recul, je le comprends et je pense qu'ils ont raison.

Quand à la mort en elle même, j'en rêve régulièrement, c'est un sujet qui me bouleverse.

J'ai été émue hier soir, en regardant la cérémonie d'adieu à Mickael Jackson.
J'avais tout loisir de ne pas regarder.
J'ai pas pu m'empecher malgré tout; même si c'était un mélange de recueillement, d'hommage et de concert (avec toute la dimension américaine qu'on peut imaginer), j'ai essuyée quelques larmes en fin de soirée....:(

Gabrielle 08/07/2009 08:38

Quand à la mort, c'est l'absence qui me fait peur.
Ne plus jamais revoir quelqu'un qu'on aime.
Récemment, un type que je voyais tous les jours, qui reluquait mes fesses le matin quand je passais dans la rue, est mort.
Il était tout juste à la retraite.
On a jamais échangé guère plus de deux trois mots de politesse, mais son image est restée graver dans ma mémoire.
J'ignore pourquoi.
Je suis un être d'une trop grande sensibilité...
Non, je ne m'habituerai jamais à la disparition .

Présentation

Recherche

Archives

Catégories