Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 08:00

 

 

Pendant cet été assez ensoleillé, j'ai lu pas mal de bouquins (activité qui me réjouit de plus en plus).

 

Parmi eux, j'ai trouvé, au détour d'un rayon en utilisant  ma routine habituelle : la couverture et le titre me plaisent, je retourne le livre, et lis le résumé (le tout prend 10 secondes, je prends ou je pose), un livre qui m'a bien plu (et assez torturé l'esprit aussi):

 

 

 

 

Le résumé :

9 juillet 1961. Albert Chassaing est ouvrier chez Michelin la nuit et paysan le jour. Il vit avec sa femme Suzanne et son fils cadet, passionné par les livres, dans un petit village d'Auvergne. Ce jour-là, la télévision fait son entrée dans leur maison pour y voir le fils aîné Henri, soldat en Algérie, interviewé dans un reportage sur la guerre. Pour Albert, c'est le monde qui bascule. Réussira-t-il à trouver sa place dans ce monde où tout change ? Roman des silences qui se brisent, En vieillissant les hommes pleurent a reçu le prix RTL-Lire 2012.

 

Ce que j'en pense :

J'ai bien aimé ce livre (sauf la fin) (ben oui, j'aime bien quand la fin se finit bien).

J'y ai retrouvé tellement de similitudes avec ma propre existence familiale, que c'en était troublant; j'imaginais la vie de mon grand père (agriculteur et ayant vécu la 2de guerre mondiale), et celle de mon père (son fils, qui a vécu la guerre d'Algérie), ainsi que les liens, les non-dits, les silences, etc...de cette famille (proches de la mienne).

J'ai bien aimé également quand Albert s'est trouvé confronté à s'occuper de sa mère vivant chez lui, et plus particulièrement quand il a du lui faire sa toilette.

Pour un homme qui n'avait jamais vu le corps nu de sa propre mère, c'était une épreuve; pour autant il a trouvé les gestes, les mots, la douceur pour cette mère agée qui lui avait donné la vie.

 

Jean Luc SEIGLE:

Jean-Luc Seigle, né dans le Puy de Dôme, près de Clermont-Ferrand est un auteur et scénariste français pour la télévision, le théâtre et le cinéma et dramaturge (auteur de sept pièces de théâtre, dont Excusez-moi pour la poussière).

Il a été élevé par un grand-père paysan, ancien soldat de 14 devenu ouvrier chez Michelin, et une grand-mère communiste qui lui a donné le goût des livres.

Il a publié quatre romans : La nuit dépeuplée en 2001, Le sacre de l'enfant mort en 2003, Laura ou Le secret des 22 lames en 2006 et En vieillissant les hommes pleurent en 2012.

 

 

Il y a quelques jours, alors que je ne pensais pas y être confrontée, mon père a pleuré, très ému par les soucis de santé de ma maman, et sa soudaine hospitalisation.

Il y a très longtemps que je ne l'avais pas vu pleurer, et j'ai pensé à ce livre, que j'avais lâché il y a quelques semaines; décidemment la vie réserve de sacrées surprises.

 

Et je me suis dit que oui, les hommes pleurent en viellissant.

 

Si vous voulez vous replonger dans une époque que nous n'avons pas connu, mais pourtant pas si lointaine (pour peu que nos parents nous en aient parlé) (surtout de l'arrivée de la télé), je vous recommande ce livre.

 

Edit : suite aux commentaires dans mon dernier billet, je tiens à vous remercier pour vos gentils messages, qui m'ont soutenu alors que je vivais un instant de panique sérieux.

 

Ma maman va mieux, elle est rentrée chez elle, et je l'aime fort.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

s. 20/09/2013 15:45

merci pour ce joli post !

Véro 19/09/2013 10:28

Flo : merci pour ton message; je suis contente de voir que tu as été émue comme moi vis à vis de ce livre.
Concernant ma maman, elle est rentrée de l'hôpital et ça va (enfin elle a vécu une nouvelle secousse qui l'atteint et l'affaiblit).
Au sujet de l'amour dans ma famille, je ne m'étendrai pas sur le sujet, mais je n'en reçois (moi personnellement) autant que je voudrais (et que j'aurais besoin).
Ce qui est difficile à vivre, c'est que ma maman était la personne qui me donnait le plus d'affection au sein de ma famille, et comme elle avance en âge et s'affaiblit, les rôles s'inversent...alors la carence est là.
Merci à ma copine blogueuse bretonne dont les petits messages me touchent toujours.
Des bises du jeudi matin.

florence 19/09/2013 09:06

C'est marrant, j'ai lu aussi ce livre pendant les vacances et il m'avait tout autant émue que toi. Les personnages sont très attachants et Albert si pathétique... Je suis contente que ta maman aille mieux. Tu dois passer des moments difficiles lorsque l'on se trouve face à la maladie d'un être cher et je te souhaite beaucoup de courage. Mais je ressens beaucoup d'amour dans ta famille et cela aide d'être entourée des siens. et tu sais que tu as aussi tes copines blogueuses qui te soutiennent.

Présentation

Recherche

Archives

Catégories